Communiqué de presse du Groupement de la plasturgie automobile

Date: 31/07/2018

Pièces techniques : tensions sur le marché du PA 6.6

La fédération de la Plasturgie et des Composites tire la sonnette d'alarme quand à de possibles arrêts de chaîne

Les transformateurs de matières sont inquiets pour les ruptures susceptibles d’intervenir dans les chaînes de production dans un avenir proche, si des solutions ne leur sont pas apportées rapidement par les producteurs. La Fédération de la Plasturgie et des Composites demande aux producteurs de matières premières la mise en place, dans les meilleurs délais, de nouvelles capacités de production, ainsi que le respect de leurs engagements contractuels. Par ailleurs, elle exhorte les donneurs d’ordre à soutenir leurs fournisseurs en prenant à leur charge une partie des hausses de prix.

Un constat alarmant 
L’un des composants essentiels du PA 6.6, l’ADN (adiponitrile), est fabriqué dans seulement 4 usines (3 aux Etats-Unis et une en France) et cette concentration rend le marché extrêmement vulnérable ; le simple arrêt de l’une d’entre elles impactant l’ensemble de la chaîne de production. Dans les conditions actuelles du marché, l’offre disponible est structurellement insuffisante et les transformateurs de matières plastiques se voient au mieux imposer des contingentements, ne répondant pas à leurs besoins. En effet, sur l’ensemble des cas de force majeure encore activés par les producteurs de matières premières, la moitié concerne le polyamide 6.6 (PA 6.6). Or, cette matière est utilisée dans de nombreux secteurs industriels, notamment pour ses performances techniques. 
 
Des solutions opérationnelles, à moyen et long termes 

Même si les producteurs de matières premières ont pris conscience de la nécessité d’ouvrir de nouvelles capacités, celles-ci ne seront pas opérationnelles avant 2021, selon les analyses les plus optimistes. De leur côté, les plasturgistes ont déployé de nombreux efforts pour trouver des substituts au PA 6.6. Cependant, les processus de validation de nouvelles matières étant souvent longs et contraignants, les résultats des actions menées ne porteront leurs fruits qu’à moyen et long termes et occasionnent actuellement un surcoût. Sans solution à court terme, la Fédération de la Plasturgie et des Composites signale que la pénurie de PA 6.6 pourrait avoir des incidences financières et affecter des livraisons de pièces pour les marchés de l’automobile et de l’électroménager notamment. 
 
A propos de la Fédération de la Plasturgie et des Composites                                                                                     

La Fédération de la Plasturgie et des Composites est la principale organisation professionnelle représentative des transformateurs de matières. Aujourd’hui, elle rassemble et représente plus de 3 350 entreprises, soit plus de 125 000 salariés, principalement issus de PME.  Elle travaille au niveau régional, national, européen et international à l’attractivité des métiers de la plasturgie auprès des jeunes et à l’image des plastiques et des composites. Elle assure par ailleurs la promotion du rôle économique et social de la profession auprès de l’ensemble des partenaires (pouvoirs publics, administrations, partenaires sociaux…), en développant des formations et en recherchant de nouveaux talents. Avec ses syndicats membres, la Fédération répond aux enjeux des industriels comme par exemple la transformation numérique, l’économie circulaire, l’évolution des normes… Grâce à ses partenaires sur le terrain, elle accompagne le développement des entreprises en agissant dans les domaines de la formation, des ressources humaines, de l’environnement, ou encore de l’économie.    

                         

La Fédération de la Plasturgie est membre d’EuPC (Confédération européenne de la Plasturgie), de France Industrie, du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) et de la CPME (Confédération des PME).  


 


Update: 04/08/2018 © HellermannTyton 2018
Contact